Skip to main content
La «question allemande» d'un point de vue géopolitique et la réponse du gouvernement fédéral en janvier 2023

La terminologie «question allemande» désigne généralement la problématique de l'unité allemande qui s'est posée sous différentes formes dans l'histoire de l'Europe entre 1806 et 1990.

Après l'effondrement du Saint-Empire romain germanique et l'émergence progressive des États-nations européens, la question des frontières et de l'organisation territoriale de l'Allemagne s'est également posée. De la Parlement de Francfort en passant par la Constitution de l'Empire allemand, la Première Guerre mondiale, la République de Weimar, la Deuxième Guerre mondiale et la Guerre froide, cette question a toujours fait l'objet de discussions controversées et de conflits armés dans différents contextes. De tout temps,l'ordre territorial de l'Allemagne, en raison notamment de sa position centrale en Europe et des ressources existantes, était en étroite corrélation avec l'histoire européenne et l'évolution du rapport de force des grandes puissances respectives.

Avec la réunification de l'Allemagne en 1990, les relations Est-Ouest ont été profondément remaniées12 et la question allemande a été réglée, notamment par les négociations «deux plus quatre» et la conclusion du «Traité sur le règlement définitif de la question allemande». Depuis lors, elle est généralement considérée comme résolue34. A l'époque, le président allemand de l'époque Richard von Weizsäcker avait déclaré lors de la cérémonie de la réunification allemande le 3 octobre 1990: «Le jour est venu où, pour la première fois dans l'histoire, l'Allemagne tout entière trouve sa place durable dans le cercle des démocraties occidentales.»5

Cette «place dans le cercle des démocraties occidentales» a été confirmée par l'intégration de l'Allemagne réunifiée et, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, à nouveau pleinement souveraine, dans l'OTAN et l'UE. Dans le contexte où la résolution de la question allemande en 1990 n'était concevable que si l'Allemagne réunifiée était clairement rattachée à l'«Ouest» et que l'intégration à l'OTAN et à l'UE était la condition de base de la réunification, il n'est pas étonnant que l'Allemagne réunifiée ait toujours entretenu intensivement ces relations avec l'«Ouest» depuis lors.

Parallèlement, il y a eu après la réunification, également dans le contexte général de détente de l'ancien conflit Est-Ouest, un rapprochement de l'Allemagne réunifiée avec la Russie: après la réunification pacifique de 1990, l'Allemagne était reconnaissante pour le déroulement sans problème des conséquences qui en ont découlé, se sentait en même temps l'initiateur et le moteur d'une plus grande intégration de la Russie dans les structures européennes et faisait la promotion des crédits et des investissements en Russie. Avec la chancellerie de Gerhard Schröder et l'essor économique de la Russie sous Vladimir Poutine, les relations germano-russes, en particulier dans le domaine de l'économie et du dialogue politique, sont devenues plus intenses. Depuis 1998, des consultations gouvernementales bilatérales ont eu lieu chaque année au plus haut niveau.6

Au plus tard depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, le vieux conflit Est-Ouest s'est toutefois rallumé, et il concerne l'Allemagne d'une manière particulière en raison de son évolution historique et de son interdépendance changeante avec les deux grandes puissances que sont les Etats-Unis et la Russie.

Georg Friedman, éminent spécialiste américain des questions géopolitiques, a formulé en 2015, dans le contexte de la stratégie américaine visant à empêcher la Russie de coopérer avec l'Allemagne et à établir un soi-disant «cordon sanitaire» contre la Russie (ligne allant des pays baltes à la mer Noire), une nouvelle «question allemande» dont il faut s'occuper : «Celui qui peut me dire maintenant ce que les Allemands vont faire me racontera les 20 prochaines années de l'histoire».7

Friedman a qualifié les relations de l'Allemagne avec la Russie de «complexes» et la liaison des capitaux et de la technologie allemande avec les ressources russes et la main-d'œuvre russe de «seule combinaison qui ait effrayé les Etats-Unis depuis des siècles». Pour Friedman, la réponse à la question de savoir ce que ferait l'Allemagne n'était pas du tout claire. L'Allemagne a toujours été puissante sur le plan économique, mais très vulnérable sur le plan géopolitique : «Depuis 1871, c'est la question allemande. La question claire de l'Europe»8.

Huit ans plus tard, en janvier 2023, le Gouvernement Allemand répond à la «German Question» de George Friedman: L'Allemagne fournit - comme l'a formulé le chancelier Scholz «de manière internationalement coordonnée»des chars à l'Ukraine.910


  1. Centre fédéral pour l'éducation politique, «La question allemande dans la politique internationale».
    14 mars 2023
  2. Cicero, magazine de culture politique, «La question allemande».
    14 mars 2023
  3. dt. Wikipedia, »Question allemande«
    14 mars 2023
  4. Centre fédéral pour l'éducation politique, «Négociations avec les Quatre Puissances».
    14 mars 2023
  5. Discours du président fédéral Richard von Weizsäcker lors de la cérémonie officielle du «Jour de l'unité allemande»
    https://www.bundespraesident.de/SharedDocs/Reden/DE/Richard-von-Weizsaecker/Reden/1990/10/19901003_Rede.html
  6. dt. Wikipedia, »Relations germano-russes«
    14 mars 2023
  7. George Friedman, “Europe Destined for Conflict ?”, Chicago Council on Global Affairs (Conseil de Chicago pour les affaires mondiales)
    https://globalaffairs.org/events/europe-destined-conflict
  8. George Friedman, “Europe Destined for Conflict ?”, Chicago Council on Global Affairs (Conseil de Chicago pour les affaires mondiales)
    14 mars 2023
  9. Le gouvernement allemand annonce la livraison de chars Leopard 2 à l'Ukraine
    14 mars 2023
  10. Liste des prestations de soutien militaire – Aperçu du gouvernement fédéral
    14 mars 2023