Skip to main content

George Friedman au « Chicago Council on Global Affairs », 2015:

Video

Nick Brand: Mon nom est Nick Brand. Je suis le directeur des programmes d'entreprise au Chicago Council on Global Affairs. Et merci à tous de vous être joints à nous ce soir. J'aimerais profiter de cette occasion pour souhaiter la bienvenue à George Friedman au Chicago Council. Je crois que c'est la première fois qu'il vient ici. Donc, merci beaucoup d'être avec nous.

J'aimerais également remercier notre co-sponsor de cette soirée, le Chicago Club. Et je sais que nous avons un certain nombre de membres avec nous ce soir. Donc, merci aussi de vous joindre à nous. Le programme de ce soir est rendu possible grâce au soutien des membres du conseil. Donc, si vous n'êtes pas membre et que vous souhaitez le devenir, veuillez vous adresser au personnel du Conseil à la table d'inscription et ils seront ravis de vous aider.

Nous sommes enregistrés ce soir, alors si vous êtes invités à utiliser les médias sociaux, veuillez faire taire vos téléphones. Notre éminent collègue Dick Longworth rédigera un compte rendu de l'événement de ce soir qui sera disponible demain matin à la première heure sur notre site web. Nous sommes également en direct ce soir. La vidéo sera donc disponible presque immédiatement après l'événement, également sur notre site web. Après le programme, le livre récent de George Friedman,« Flashpoints - The Emerging Crisis in Europe » sera disponible à la vente et à la signature au fond de la salle.

Et nous avons un certain nombre de programmes passionnants à venir. Le 10 février, l'ancienne vice-présidente du Costa Rica, Rebecca Greenspan, s'entretiendra avec Phil Levy du Conseil sur l'Amérique latine, la croissance économique après le boom des matières premières. Le 12 février, l'économiste indien Omkar Goswami prononcera la conférence sur les économies asiatiques, cette année sur l'Inde, une nouvelle donne pour New Delhi. Le 24 février, l'ambassadeur Chris Hill, ancien secrétaire d'État adjoint aux affaires de l'Asie de l'Est et du Pacifique, discutera de l'énigme nord-coréenne. Je reviendrai pour modérer la partie questions-réponses de cette soirée. Mais maintenant, pour présenter George Friedman, veuillez-vous joindre à moi pour accueillir le président de Satter Investment Management, Muneer Satter.

Muneer Satter: Merci, Nick, et bonsoir, Mesdames et Messieurs. Je suis ravi de vous présenter George Friedman ce soir. Et sa femme Meredith est juste à côté de lui. Bienvenue, Meredith.

Nous attendons avec impatience ses remarques sur l'évolution du paysage politique et sécuritaire en Europe. Comme l'indique l'auditoire de ce soir, il s'agit d'une question qui intéresse et préoccupe beaucoup de gens. C'est aussi une discussion très actuelle. Si l'on se limite à l'année dernière, on peut constater un changement majeur dans l'environnement sécuritaire en Europe. Des conflits armés se déroulent à la périphérie de l'Europe, notamment en Libye, en Syrie, en Irak et en Ukraine. L'annexion de la Crimée par la Russie et le conflit en cours dans l'est de l'Ukraine mettent en évidence la nouvelle affirmation géopolitique de la Russie.

En France, les attentats de Charlie Hebdo rappellent le combat que les nations européennes doivent mener contre l'islam radicalisé et le danger que représente le retour des combattants étrangers. Il y a le risque supplémentaire qu'en réponse au terrorisme islamique, les sociétés européennes deviennent moins tolérantes et plus nationalistes. Et puis il y a la zone euro, qui reste embourbée dans des dépenses et des dettes massives et insoutenables, des banques sous-capitalisées, une croissance anémique, un chômage élevé, un euro en déclin, et qui doit maintenant faire face à de nouvelles turbulences en Grèce. L'Europe est-elle donc vouée au conflit ? Et j'attends avec impatience, George, votre réponse à cela. J'ai maintenant le plaisir de vous présenter George.

George Friedman est fondateur et président de la société privée de renseignement et de prévision géopolitique, Stratfor. Si vous n'êtes pas abonné, vous devriez le faire. Il participe régulièrement à des débats sur les questions de renseignement international pour les principaux réseaux d'information et de radio, notamment CNN, Fox et NPR. Et il est l'auteur de nombreux livres sur la guerre et le renseignement. Voici ce que certains de nos principaux médias disent de l'expertise analytique de George, tirée de Newsweek :« Attendez-vous à l'inattendu. Il peut voir sans la boule de cristal ». Barron's a toujours trouvé les idées de Stratfor instructives et largement fondées, tout comme l'importante clientèle de la société, qui va des entreprises aux médias en passant par les agences gouvernementales. Et puis, simplement dit par le Wall Street Journal :« Les prédictions ont fait de George Friedman une marchandise très prisée ces jours-ci. » À mon avis, George est l'un des analystes du renseignement les plus intelligents et les plus sophistiqués au monde aujourd'hui.

Mesdames et Messieurs, veuillez-vous joindre à moi pour accueillir le Dr. George Friedman.

George Friedman: Dans n'importe quelle ville saine, je parlerais à un public vide. Dieu merci, je suis à Chicago.
Permettez-moi de commencer par essayer d'expliquer pourquoi j'ai écrit ce livre. Il y a deux raisons.

La première est que dans un livre que j'ai écrit et publié début 2008, j'avais dit que l'Union européenne était une entité non viable. D'un côté, ça me fait plaisir de dire que je vous l'avais dit. Mais plus important encore, si l'Europe devient instable, l'un des éléments centraux du système international devient instable. L'Europe, après tout, a un PIB plus important que celui des États-Unis. Pris ensemble. Il y a des conséquences. L'Europe devient clairement instable et nous devons donc commencer à en envisager les conséquences.

Mais il y avait aussi une raison plus personnelle. Je suis né en Hongrie. Et ma vie et celle de mes parents, de ma famille a été façonnée par la géopolitique de l'Europe. Mes parents sont nés juste avant la première guerre mondiale. Leurs pères et leurs frères aînés ont combattu dans cette guerre contre la Turquie et contre les Russes. Pendant l'entre-deux-guerres, alors que tout semblait terminé, ils se sont rencontrés, sont tombés amoureux, se sont mariés, ont créé une entreprise, puis ont été emportés par la prochaine vague géopolitique. Ça ne peut pas arriver. L'Allemagne, une fois de plus. Ils étaient juifs. Ils ont survécu aux camps de concentration, une famille extraordinaire où tout le monde vivait, ce qui à cette époque et à cet endroit était remarquable pour quiconque. Et puis, pensant que tout était fini, ils ont recommencé leur activité. Mais bien sûr, les Russes qui occupaient la Hongrie, les Soviétiques, les Américains étaient de l'autre côté. À l'ouest, à quelques centaines de kilomètres.

Et une fois de plus, la géopolitique a balayé ma famille. Mon père avait été un social-démocrate dans sa jeunesse. À cette époque, il n'avait plus de politique. Selon lui, la géopolitique est ce qui vous détruit et la politique est ce qui rend impossible toute évasion. Mais quand même, il était sur une liste. Et être sur une liste à cette époque était une très mauvaise chose à être. Son frère était communiste et membre de la police secrète. Ils ne s'étaient pas parlé depuis 30 ans. Ayant des différends sur la signification précise des termes dans les manuscrits de 1844. De plus, qui a insulté qui lors de la dernière bar mitzvah... c'était une famille typique. Cela a conduit mon père à décider qu'il devait partir ou mourir. Il avait passé sa vie à prendre des décisions comme celle-là.

Et donc, par une nuit d'août 1949, j'avais six mois, j'ai été droguée et mise sur un radeau, avec ma sœur de 11 ans, qui extraordinairement n'était pas droguée, était éveillée. Mais elle avait tout vécu. Ma mère est montée à bord. Mon père est monté à bord, et nous avons traversé le Danube en pagayant jusqu'en Tchécoslovaquie. Pour des raisons complexes, c'était le moyen de s'échapper. Les projecteurs, m'a-t-on dit, jouaient sur l'eau. Les mitrailleuses des tours de garde étaient entraînées. Et c'était un moment de vie ou de mort. Nous avons survécu.

Je suis venu en Amérique et la guerre froide a façonné ma vie, non pas aussi douloureusement mais aussi intimement qu'elle a façonné la vie de mes parents. Pour moi, je ne suis pas seulement un Américain, mais aussi un Texan. Et on ne peut pas faire plus américain que ça. Mais je n'ai pas parlé anglais avant mes sept ans. Et je parle toujours de la Hongrie comme de la maison dans le jargon de ma famille.

Ce livre traite donc aussi d'une question fondamentale et personnelle : est-ce vraiment terminé en Europe ? Le massacre qui a commencé en 1914 et s'est terminé en 1945 ou qui a commencé il y a 2000 ans avec les Romains et ne s'est jamais terminé, est-il terminé ? Et cette question est cruciale car c'est ce que l'UE a promis. Il promettait la paix et la prospérité. Que ce serait fini. Un jour, j'ai demandé à mon père pourquoi il n'était jamais retourné en Europe. Après tout, elle avait changé. Il dit que les Européens ne changent jamais. Ils prétendent juste que ça n'est jamais arrivé.

La question que pose ce livre, tant sur le plan intellectuel que personnel, est donc la suivante : a-t-elle changé ? L'UE survivra-t-elle ? La promesse de paix et de prospérité durera-t-elle ? Et si ce n'est pas le cas, que se passera-t-il ensuite ? C'est, pour moi, la question existentielle de ma vie. Mais c'est pour nous tous, une question qui remodèlera nos vies quelle que soit la réponse. L'Europe est importante. L'Europe a toujours eu cette croyance en son propre exceptionnalisme. Nous parlons de l'exceptionnalisme américain, mais les Européens étaient vraiment exceptionnels.

 Un paradoxe a été mis en place dans l'Europe. L'Europe a inventé l'humanité. Et ce que je veux dire par là est ceci : Avant l'ère de l'exploration européenne, les Congolais n'avaient aucune idée de l'existence des Mongols. Les Mongols ne savaient pas que les Aztèques étaient là, et les Aztèques ne savaient pas que les Anglais étaient là. Nous vivions dans de petites planètes séparées et discrètes. Les Européens ont brutalement abattu les murs. Pour qu'il n'y ait plus, à la fin de l'aventure européenne, de culture qui ne sache pas qu'elle n'est pas seule. Et c'est ce que nous faisons. L'Europe a conquis le monde d'une manière qui ne l'avait jamais été auparavant et a inventé l'humanité. Elle a également conquis la nature. Elle a transformé la nature, ainsi par une froide nuit d'hiver à Paris en 1913. Vous pourriez bannir l'obscurité et bannir le froid. Et extraordinairement entendre Mozart.

Et pour tous les crimes de l'Europe, Mozart en compense beaucoup. Tout continent qui crée cela. Elle a créé une seule humanité. Mais le paradoxe est que, s'elle a conquis le monde, elle ne s'est jamais conquis lui-même.

L'Europe n'a pas réussi à s'unir. Les Espagnols l'ont tenté. Les Français l'ont tenté. Les Allemands l'ont tenté. Les Britanniques l'ont en quelque sorte tenté. Mais personne n'a pu rassembler toute l'Europe en une seule entité. S'il avait fait ça, il dirigerait toujours le monde. Mais il ne le pourrait pas, car l'Europe est un lieu divisé par la géographie. Des péninsules sur des péninsules, des chaînes de montagnes qui vous barrent la route, des rivières qui ne coulent pas au bon endroit, des mers partout. Et en fin de compte, c'est un endroit qui est le deuxième plus petit continent du monde. Seule l'Australie est plus petite, et seulement si on la considère comme un continent. Ma femme est australienne, alors j'aime l'insulter. C'est une grande île.

Il y a 52 États souverains en Europe et vous pouvez conduire en 3 heures et entendre quatre ou cinq langues parlées et rencontrer quatre ou cinq pays qui se méprisent amèrement autant que mon père et mon oncle. Pour des choses qui se sont passées il y a des siècles, la profondeur de la malveillance de l'Europe ne peut jamais être mesurée.

Ma mère, qui était une dame très bien, ne pouvait pas dire« roumain » sans cracher par terre. C'était absolument nécessaire. Quand je visite la Roumanie maintenant, ils disent que le hongrois est une malédiction. Et ce sont deux membres de l'Union européenne, éclairés. Il ne faut jamais sous-estimer le degré de division en Europe.

Norman Angell, un homme très, très brillant qui a fini par remporter le prix Nobel, a écrit un livre en 1910 intitulé « La grande illusion ». Et « La Grande Illusion » a démontré sans l'ombre d'un doute qu'une guerre en Europe était impossible. Parce que le niveau d'exposition financière qu'une guerre ferait chuter, le niveau d'interdépendance et de commerce rendait la guerre impossible. Il était anglais, bien sûr, et un anglais croyait que personne ne ferait rien qui ne rapporte pas. Mais en 1914, quelque chose d'extraordinaire s'est produit. Extraordinaire non pas parce que c'était si nouveau. Mais parce que c'était tellement inattendu. Et ce qui est remarquable, c'est que c'était inattendu.

En 1914, l'Europe a plongé dans la guerre si profondément qu'en septembre 1914, lors d'une seule bataille de la Somme, 600 000 personnes sont mortes en une semaine. Et les Européens n'ont pas cillé.

La guerre a continué. La guerre n'a pas duré quatre ans. Elle a duré 31 ans. Entre 1914 et 1945, 100 millions d'Européens sont morts de causes politiques. Les guerres, les holocaustes, les famines planifiées, les purges, la guerre civile espagnole. Un conflit sans fin, sans fin. En 31 ans, l'Europe est passée du statut de centre du monde, de pivot de sa culture, ee créateur de l'humanité, à occuper un territoire. En 1945, l'Europe n'était pas seulement ruinée par la Seconde Guerre mondiale, mais aussi par cette gamme infinie d'horreurs. Mais elle avait aussi perdu sa souveraineté. La partie orientale de l'Europe est occupée par l'Union soviétique. La partie ouest par les Américains. Chacun traitait son domaine différemment. Mais ne vous y trompez pas, c'était une domination au sens le plus simple du terme. Les décisions de guerre et de paix, qui sont les questions fondamentales de la souveraineté, étaient autrefois prises à Paris, Londres, Berlin, Rome. Maintenant, ils ont été fabriqués à Washington et Moscou. Imprudent.

Ce serait fait, j'ajouterais, et il est intéressant de noter qu'aucun pays n'a jamais géré une confrontation de manière aussi responsable que les Américains ou les Soviétiques. Les possibilités de guerre étaient infinies. Mais la guerre n'a jamais eu lieu. Et j'aime dire aux Européens qui traitent les Américains de cow-boys : Imaginez si les gentlemans savant de 1914 ou 1939 avait des armes nucléaires. Se seraient-ils comportés avec la prudence méticuleuse dont ont fait preuve les Américains et les Russes ? Eh bien, c'est une question à laquelle nous n'avons pas à répondre, Dieu merci. Mais c'est douteux pour moi.

Les 31 ans, j'ai fait des recherches historiques, il n'y a jamais eu d'empire de cette taille qui se soit détruit de cette façon en 31 ans. Ainsi, l'Europe est en fait exceptionnelle dans la manière dont elle l'a fait.

L'idée d'une union de l'Europe, des États-Unis d'Europe, a émergé. Il faut rappeler que l'idée a émergé des Américains. Lorsque le plan Marshall a été adopté, il contenait une clause demandant que les Européens forment une sorte d'entité intégrée pour se soutenir mutuellement. Les Européens ont résisté. Les Français ne voulaient pas travailler avec les Allemands. Les Britanniques ne voulaient pas travailler avec les Français, et personne ne voulait travailler avec les Italiens.

Il était très important - et cela fait partie de l'amnésie européenne - de se rappeler qu'ils ont résisté à l'idée d'union. Jusqu'à ce que les États-Unis les fassent chanter. Et cela n'a pas très bien fonctionné. Les Américains ont travaillé dur pour faire fonctionner la Communauté Europénne du Charbon et de l'Acier, c'est toute une histoire. Ce n'est pas une histoire racontée par les Européens. Mais les Européens se sont quand même emparés de l'idée, l'ont fait leur - il y a des choses pires à faire - et ont adopté l'idée d'une Union européenne, qui a vu le jour en 1992, l'année même de l'effondrement de l'Union soviétique, 500 ans après le début de la conquête du monde.

Les Européens ont signé le traité de Maastricht. Et le traité de Maastricht, comme je l'ai dit, promettait deux choses : La paix et la prospérité. La Déclaration d'indépendance américaine promettait la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. Il y a une profonde différence entre les deux documents. L'un a parlé d'une opportunité morale de devenir quelque chose. Une promesse, quelque chose de concret. L'un vous permet de poursuivre le bonheur, sans vous promettre le bonheur. Les Européens ont promis les deux. La question, bien sûr, a toujours été : Que se passe-t-il si vous ne pouvez pas être prospère ? Et si la prospérité, comme toujours, vous abandonnait ? Qu'advient-il de la paix ?

De 1992 à 2008, la question ne s'est pas posée. Nous étions dans l'une des périodes les plus prospères de l'histoire. Tous les navires se sont levés. Et les Européens n'ont pas eu à faire face à cette question. Que suis-je si je suis pauvre ? Que signifie l'Europe pour moi alors ? Tout cela a changé en sept semaines en 2008.

Le 8 août 2008, la Russie a envahi la Géorgie. C'est extrêmement important. Premièrement, il y avait déjà eu une guerre terrible en Europe dans les années 90 en Yougoslavie, 100 000 morts. Mais les Européens expliquent que les Yougoslaves ne sont pas vraiment des Européens. Mais ici, c'était la Russie. Il est clair que l'expérience de la guerre froide, de la Seconde Guerre mondiale et de la Première Guerre mondiale l'a remise à l'ordre du jour, et l'on pourrait penser qu'elle est désormais engagée dans une stratégie libérale. Envahir la Géorgie. Soudain, il est revenu dans l'histoire. Soudain, l'idée que nous étions tous sortis de cette phase, elle nous est revenue en mémoire.

Pourquoi les Russes ont-ils envahi la Géorgie ? Ils ne se souciaient pas vraiment de la Géorgie. Ce n'est pas que Poutine détestait Saakashvili. Tout le monde détestait Saakashvili. Mais ce n'était pas ça. Les États-Unis avaient mis en scène une série de révolutions colorées dans toute la périphérie russe, dont l'une en Ukraine, la révolution orange. Et les Russes ont vu dans cette révolution orange l'intention des Américains de détruire la Fédération de Russie. Pour quelle autre raison les États-Unis souscriraient-ils des groupes pour manifester, ont-ils dit. À cette époque, les États-Unis étaient embourbés en Irak et en Afghanistan, au Mali et dans tout autre endroit auquel vous pouvez penser. Le but de l'invasion de la Géorgie, alliée des États-Unis, était simplement de dire : voilà ce que vaut une garantie américaine. Pour regarder les Ukrainiens et dire :« Vous voulez être un allié des Américains ? Les Géorgiens ont fait de même - profitez-en ». C'est très important lorsque nous discutons de l'Ukraine, car c'est l'origine de la lutte actuelle en Ukraine. Cela ne s'arrêtera pas de si tôt.

Elle a également ramené l'Europe, ou du moins une partie d'entre elle, à la reconnaissance du fait que la question russe n'était pas réglée. Elle avait simplement été posée d'une manière nouvelle et différente. Sept semaines après, Lehman Brothers s'est effondré. Et avec l'effondrement de Lehman Brothers, une période, un mode de fonctionnement du monde a changé. Ça s'est terminé.

Pour les États-Unis, il s'agit en réalité de la quatrième crise de ce type depuis la Seconde Guerre mondiale. Il y a eu la crise des obligations municipales dans les années 1970. Il y a eu la crise de la dette du tiers monde. Il y a eu la crise de l'épargne et du crédit. C'était mon préféré, si vous devez en choisir un. Et maintenant celui-là. Et tout s'est terminé de la même façon aux États-Unis, il y a un schéma.

Premièrement, il y aurait une irresponsabilité totale, même d'un point de vue personnel dans la communauté financière. Cela serait suivi d'un renflouement par le gouvernement. Sous une forme ou une autre, la Resolution Trust Corporation, le Brady Bond, quel que soit le nom qu'on lui donne. C'était la façon dont ça se passait. Ensuite, la communauté financière accepterait le plan de sauvetage et condamnerait le gouvernement pour son irresponsabilité.

C'est un beau jeu. J'ai toujours aimé ça et c'est typiquement américain. Il n'y a que les Américains pour résoudre le problème par Bernanke, Paulson et sept ou huit banquiers entassés dans une pièce un dimanche après-midi, mendier, se battre, crier, enfreindre Dieu sait combien de lois pour trouver une solution. Ce n'était pas une bonne solution, mais c'était une solution.

Et puis nous avons commencé à voir le problème des Européens. Il n'y avait pas de pièce dans laquelle ils pouvaient tous se rassembler. Ce n'est pas seulement qu'il y avait huit banquiers. Il y avait une vingtaine de premiers ministres, trésoriers, tout ce qui en découle. Et il n'y avait aucune cohérence. Il n'y avait pas non plus d'expérience, disons, de la résolution de problèmes. L'histoire de l'Europe a été de résoudre les problèmes par des spasmes violents. Les Européens n'avaient pas de procédures pacifiques, voire illégales, pour résoudre le problème. Et c'est ainsi que l'Europe, contrairement aux États-Unis, a commencé à glisser dans un gouffre.

Le premier gouffre a été l'américain, la crise des subprimes. Et je suis allé en Europe et des banquiers européens m'ont dit à quel point les Américains étaient irresponsables en les vendant. Je lui ai fait remarquer :« Hé, crétin, tu les as achetés. » Cela semble ne pas être entré dans l'esprit des Européens, mais c'était le cas et c'est toujours un moment agréable lorsque vous faites cela.

Mais en affrontant la crise des subprimes, l'Europe a découvert une faille fondamentale dans son système. Et cette faille était l'Allemagne. Et le défaut de l'Allemagne, c'est qu'elle était non seulement la quatrième économie du monde, mais qu'elle exportait l'équivalent de 50 % de son PIB. La moitié de cette somme est allée à la zone européenne de libre-échange. Sans cela, l'économie allemande, qui avait dépassé son économie nationale, allait elle-même sombrer dans la récession, voire la dépression. C'était inévitable.

Ils faisaient ce qu'ils avaient à faire. Ils ont créé cette Union européenne comme une opportunité pour eux. Construire une zone de libre-échange autour d'un exportateur massif, c'est comme essayer de construire un système solaire autour d'un trou noir. Les États-Unis sont un importateur net. Mais imaginez que les États-Unis exportent 50 % de leur PIB dans le monde et la moitié au Mexique et au Canada. Ce que serait la condition. Eh bien, c'est ce que l'Allemagne a dû faire.

Il y a deux récits de ce qui s'est passé, l'un est le récit allemand, l'autre est le récit grec. Le récit allemand est que les exportations allemandes sont le résultat d'une efficacité massive et qu'elles satisfont les besoins de l'Europe, et que la crise a été causée par l'irresponsabilité des Européens du Sud, qui ont emprunté de grandes quantités d'argent et n'ont pas été capables de les rembourser, qui ont été indisciplinés, etc.

La réponse grecque est que la crise a été causée par l'addiction de l'Allemagne aux exportations et sa manipulation de l'Union européenne pour maximiser ces exportations. Le prix de l'euro se situait quelque part à la limite entre la prévention de l'inflation en Allemagne et la facilitation du commerce allemand, alors que, bien sûr, l'Europe du Sud avait besoin d'un euro beaucoup moins cher. Et ainsi ils pouvaient exporter.

Les règles de Bruxelles ont été conçues de telle sorte que l'esprit d'entreprise, les petites entreprises, étaient très difficiles à financer. D'abord, dans les pays, la structure fiscale était telle que le rapport risque/récompense n'avait guère de sens. De l'autre côté de l'équation, la faillite, comme nous le constatons ici, n'est pas la même chose en Europe. Lorsque vous embauchez un employé en Europe, vous ne l'embauchez pas tant que vous l'adoptez. Il rentre à la maison avec vous. Il regarde dans le réfrigérateur.

C'est la raison pour laquelle il n'y a pas de Google qui défie Siemens. Les grandes entreprises européennes, modelées par les années 50, ne se sont jamais réorganisées. Ils n'ont jamais senti que Microsoft ou Google s'en prenait à eux. Un équipement numérique ne s'est jamais effondré dans Hewlett-Packard, qui à son tour s'est effondré ou n'est pas en train de s'effondrer ou je ne sais quoi dans quelque chose d'autre. Le système de protection sociale allemand dépend en fin de compte de ces entreprises. Siemens est comme General Motors dans les années 50. Elle opère dans un univers non concurrentiel. Et il est en mesure d'employer un grand nombre de personnes à des conditions très favorables, qui vont en augmentant. Si Siemens devait concurrencer une entreprise technologique montante de Macédoine, elle ne pourrait pas se permettre ces choses.

Ainsi, là où les Allemands, dans la version grecque, disent« condamner les Grecs pour leur système de protection sociale », les Grecs disent« au moins, nous avons payé notre système de protection sociale dans la mesure de nos moyens. Vous subventionnez votre système de protection sociale en écrivant aux sociétés qui exportent massivement ici. »

Qui a raison ? Ça n'a pas d'importance. Ils ne peuvent pas vivre l'un avec l'autre. La question était de savoir qui devait payer pour l'inévitable crise de la dette souveraine. Pourquoi était-ce inévitable ? Parce que toute activité économique sérieuse dans la plupart de ces pays se déroulait sur le marché noir. Pourquoi ? Parce que légalement, les contraintes sur le comportement entrepreneurial étaient si énormes que vous ne pouviez pas prendre le risque. 

Nous avons un ami en Roumanie qui a créé des boulons. La première chose que les Allemands ont faite quand ils ont découvert qu'il y avait un marché des boulons, c'est de s'attaquer au marché des boulons. Les Allemands ne restent pas seulement ici. Ils sont prêts à aller n'importe où pour l'exportation. Je lui ai demandé, « Combien d'hommes employez-vous ? » Il a dit : « Comment ça, vous 'employez' ? » J'ai dit : « Combien de camions possédez-vous ? » Lui: « Oh, c'est une question très complexe. »

Ce qu'il faisait, c'était de l'esprit d'entreprise, et c'était la seule façon dont l'UE vous permettait d'être entrepreneur. Au marché noir. Non pas que mon ami aurait payé des impôts s'il l'avait pu. Mais certainement, c'était illégal et il ne l'a pas fait. Mais bien sûr, le gouvernement roumain l'a encouragé à le faire parce qu'il a compris que sans cela, le chômage serait stupéfiant.

Vous avez créé une sorte d'étrange jeu de rôle. La question était alors de savoir comment rembourser la dette souveraine qui ne pouvait pas être payée parce que l'assiette fiscale n'était pas là. Et il y a eu une conversation et les Grecs ont dit, eh bien, pourquoi l'Allemagne ne paie-t-elle pas ? Et l'Allemagne a dit, j'ai une meilleure idée: pourquoi les Grecs ne le paient-ils pas ?

Et comme les Allemands avaient beaucoup plus d'influence, il a été voté que les Grecs et tout le monde le payaient. Le résultat est que le taux de chômage n'est pas seulement de 26% en Grèce. Le taux de chômage en Espagne est de 23 %. Le sud de l'Italie a un taux de chômage de 21%. Toute la Méditerranée, le Littoral Nord, a été dévastée.

Ce n'est pas que ce sont les pays méditerranéens qui ne peuvent pas le faire. Les Turcs ont connu une croissance de 7, 8, 9 % par an pendant dix ans. Pourquoi ? Ils n'étaient pas dans l'UE. Leur grande chance est qu'ils n'ont pas été admis.

Donc, ce n'est pas que les Européens du Sud sont par nature sournois et paresseux, paresseux et malhonnêtes, car êtes-vous sûr d'avoir connu de nombreux Grecs sournois, paresseux et malhonnêtes ? Pourtant, ils pourraient développer leur économie. Les membres de l'Union européenne, en revanche, ne le pouvaient pas.

Ils n'ont pas pu le faire à cause des relations complexes qui ont été établies et qui ont fait pencher le système vers le nord. L'Allemagne a un taux de chômage de 5 %. Donc la France a maintenant, je pense, 12, je ne suis pas sûr, quelque part entre 10 et 12.

Mais l'Europe du Sud est en dépression. Son taux de chômage est le même que celui des États-Unis pendant la Grande Dépression. Elle n'est pas en récession. Il est en dépression. La différence entre une dépression et une récession est très simple. Dans une récession, vous êtes dans un processus cyclique où les entreprises marginales sont éliminées. Dans une dépression, les entreprises très saines ne peuvent pas fonctionner.

Par conséquent, si vous faites de l'assouplissement quantitatif - j'adore ce nom, c'est tellement cool - si vous imprimez de l'argent pour stimuler l'économie, vous constaterez que les entreprises dont vous avez besoin pour prendre cet argent et le transformer en emplois ne sont pas là. C'est pourquoi FDR n'a jamais résolu la dépression américaine par ses politiques. Il a fallu la Seconde Guerre mondiale pour le faire. Vous ne pouvez pas stimuler une économie qui a été structurellement endommagée. L'Europe du Sud est maintenant dans une position dont elle ne se remettra pas pendant une génération au moins. Il ne s'agit pas d'un événement marginal dans le cycle économique. Il ne s'agit pas d'un ralentissement économique relativement intense. C'est une catastrophe sociale.

Nous devons maintenant nous demander quel genre de catastrophe sociale c'est pour le moment. Lorsque les pauvres s'appauvrissent, ils comprennent la grammaire de la pauvreté. Cela n'a pas changé leur vie. Cela a rendu les choses plus difficiles.

Les personnes qui ont été dévastées en Europe, dans le sud de l'Europe, par l'austérité sont les fonctionnaires. Quand on dit fonctionnaire aux États-Unis, on pense à cette femme désagréable du bureau des véhicules à moteur qui mérite vraiment de ne pas avoir de travail. Mais nous parlons en Europe de médecins, d'ingénieurs électriciens, parce que le système européen étend l'État de manière si massive qu'il englobe les classes professionnelles dans une très large mesure. On dit que c'est le marché noir qui la fabrique. Pas si mal. En fait, c'est pire. Nous avons un ami architecte en Grèce qui gagnait 3 000 dollars par mois et dont le salaire a été réduit à 800 dollars par mois.

Le taux de chômage cache donc la paupérisation. Quand vous êtes de la classe moyenne, quand vous êtes un professionnel et que vous perdez votre maison. Quand vous perdez la chance de la vie que vous pensiez avoir. Le chômage des personnes âgées de 25 ans ou moins est supérieur à 50 %. Vous êtes maintenant entré dans un monde auquel vous ne vous attendiez pas. Et pendant un moment, on se dit que c'est temporaire, qu'ils vont s'en sortir. Mais après six ou sept ans, vous vous rendez compte que ce n'est pas temporaire. J'avais 43 ans quand j'ai perdu mon emploi. J'ai 50 ans maintenant. Ça ne va pas s'améliorer. C'est ma vie. » Et c'est là le point dangereux, parce qu'en Europe dans les années 1920, lorsque la classe professionnelle en Allemagne a atteint ce point, elle a réagi en cherchant une explication. Et pour que quelqu'un les conduise hors de là. Et un petit homme avec une moustache est apparu. Et il était persuasif.

Je pense que l'une des choses que les Américains ne comprennent pas et dont l'élite financière européenne n'a pas la moindre idée est la catastrophe sociale qui se déroule en Europe. Ils sont tellement obsédés par la santé des banques qu'ils supposent que si les banques sont fonctionnelles et que les obligations sont remboursées, ils sont en sécurité. Mais ils ne le sont pas. Parce que le plus grand danger pour tout aimant financier est une balle de 75 cents. Je veux dire par là que dans l'histoire de l'Europe, ces problèmes sont traditionnellement résolus d'une certaine manière. Soit en contraignant les classes financières, en liquidant les classes financières comme cela a été fait en Russie, en les contraignant, en passant des accords avec elles, mais certainement en changeant leur mode de fonctionnement. 

En lisant le Financial Times, que je fais à la place des bandes dessinées, cela ne fait qu'un an qu'ils reconnaissent que quelque chose de mauvais se passe. Ils n'ont pas encore fait le lien avec ce que c'est. Il s'agit d'une classe massive, intelligente, éduquée et aigrie. Qui ne voit aucun espoir dans le système actuel et qui vient d'élire un gouvernement de gauche. Mais ce qui se passe également en Europe, c'est la réémergence du nationalisme. La manière dont la banque centrale a organisé l'assouplissement quantitatif a consisté à prendre les banques nationales, à leur donner de l'argent afin qu'aucun autre pays, en particulier l'Allemagne, ne soit responsable des défaillances de quiconque, mais elle a également fait quelque chose de très important. Cela a rendu l'assouplissement quantitatif acceptable, pour les Hongrois, les Hongrois étaient impliqués dans l'attaque et ainsi de suite. C'était quelque chose qui, au moins, était sous le contrôle de leurs compatriotes nationaux.

Nous avons assisté à une montée en puissance dans toute l'Europe des partis de droite, qui se distinguent des partis de gauche principalement par leur caractère anti-islamique. Les partis de gauche ne le sont pas. Mais ils veulent toujours la même chose. Ils vont refuser de payer. Comme American Airlines. Il y a un moment où il est plus judicieux de faire faillite et de se débarrasser de ses créanciers de manière structurée. Est-ce que ça a payé ? L'Europe du Sud a largement dépassé ce stade. Et ce qui est apparu et ce qui s'est passé, c'est que les partis traditionnels qui ont élaboré les accords se sont effondrés. Papandreou, qui est le premier ministre de la Grèce, son parti a obtenu 5%.

On assiste à une délégitimation massive des partis traditionnels et à la place de partis comme Podemos en Espagne, le Front national en France, l'UKIP en Grande-Bretagne. Tous ces partis sont des partis anti-européens en plein essor qui affirment que notre situation était bien meilleure avant la création de l'Union européenne.

Mais la vieille haine émerge aussi. Tout le monde déteste l'Allemagne. L'Allemagne a du mépris pour tous les autres. Nous sommes déjà passés par là. Les Hongrois détestent les Roumains. A l'intérieur des pays, les Ecossais ont voté à 45% pour quitter la Grande Bretagne. Les Belges, les Wallons détestent les Flamands. Les Catalans veulent quitter l'Espagne. L'Italie du Nord veut quitter l'Italie du Sud ou l'Italie du Sud le Nord, je ne sais pas lequel, mais ils veulent partir. Les Hongrois veulent quitter la Roumanie. La carte de l'Europe est contrainte parce que, finalement, l'Europe n'a pas partagé un même destin. Pour être une nation, vous devez partager un destin.

Ainsi, lors de la crise financière de 2008, tout comme le Texas aurait aimé dire :« Au diable New York ». Nous sommes Américains, et c'est tout simplement le destin que nous avons. En Europe, une myriade de langues, d'histoires, de cultures et d'animosités sont encore présentes. Ils n'ont jamais pu s'en débarrasser, c'est pourquoi ils ont construit l'UE par-dessus. Et nous aussi. Lorsque nous avons construit ces États-Unis, comme on les appelait, il s'agissait d'un ensemble d'États souverains. Et à un moment donné, pour de bonnes, mauvaises et indifférentes raisons, le Sud a voulu quitter l'union. Une conférence a donc eu lieu pendant trois jours à Gettysburg. Et lors de cette conférence, il a été décidé que le Northern View en général prévaudrait. Si ce n'est pas maintenant, alors dans quelques années.

Qui mourra pour l'Union européenne. Qui donnerait sa vie pour une entité qui existe pour lui promettre prospérité et paix. C'est une contradiction dans les termes. Nous considérons que ces vérités sont évidentes, que tous les hommes sont créés égaux. Il existe un principe moral dans l'Union américaine, bon, mauvais, indifférent, quelle que soit la manière dont vous le prenez. L'Union européenne était purement prudentielle. C'est une bonne affaire. Adhérer à l'Union européenne. Gagner de l'argent. Ne te fais pas repêcher. Bien.

Le bruit venant de l'est est assourdissant. Et les pays situés sur cette frontière orientale, la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, ont réalisé quelque chose de très important. Le reste de l'Europe s'en moque. Les États-Unis ne s'en moque pas. Je veux dire, on ne va pas rater une guerre juste parce qu'elle est loin. Les États-Unis s'en soucient. Mais ce qui a frappé les Roumains et les Hongrois, et j'ai beaucoup voyagé là-bas : Les Européens disent en gros :« Oui, nous allons peut-être sanctionner ce type, mais nous ne ferons rien d'autre, et nous n'avons pas d'armée de toute façon ».

On ne peut pas maintenir un pays dans lequel la côte Est ne peut pas compter sur le Midwest pour lui donner un coup de main. Il n'y a pas de pays, l'Europe n'existe pas. Il y a une richesse merveilleuse en Europe, des pays individuels qui sont des opportunités spectaculaires, j'en suis sûr. Mais la déclaration générale« c'est l'Europe » n'est qu'une déclaration géographique sur un continent. Il ne s'agit pas d'une déclaration morale. Il ne s'agit pas d'une déclaration d'art. Il ne s'agit pas d'une déclaration de vérité. Et nous sortons maintenant du rêve de 1992 et de 2008 pour entrer dans la réalité : l'Europe a le plus petit continent. Le deuxième plus petit. 52 États souverains. Tous avec de mauvais souvenirs.

Que se passe-t-il dans cette Europe ? Eh bien, on est immédiatement tenté de dire « rien » parce que la plupart des gens pensent toujours que rien ne va se passer. Mais attention aux tirs d'artillerie à l'est. Et ce sont les tambours de l'avenir. Permettez-moi de m'arrêter ici et de répondre aux questions.

Nick Brand: Bien, nous allons maintenant sortir pour votre question. Donc, si vous le pouvez, veuillez lever la main et si vous le pouvez, veuillez faire de votre question une question. Donc, oui, juste ici au milieu, s'il vous plaît.

Auditoire: Monsieur Friedman, merci pour votre analyse. Très apprécié. Si vous êtes en Ukraine en ce moment et que vous êtes le gouvernement ukrainien - ou passons le gouvernement, mais le peuple et techniquement le peuple devrait être le gouvernement, mais c'est une toute autre question à un moment donné - que faites-vous ? Vous regardez vers l'Europe ? Qui a été critiqué par Poutine lui-même comme étant le fléau de la terre ? Ou est-ce que vous regardez en vous-même, où est-ce que vous regardez ? Quelle est la prochaine étape pour l'Ukraine ?

George Friedman: Eh bien, la première question que vous vous posez est la suivante : êtes-vous ukrainien ou russe ? Parce que l'Ukraine contient les deux. Et tandis que l'idée que les russophones souhaitent réellement l'autonomie parce qu'ils ont été maltraités par les ukrainophones est rejetée. C'est aussi vrai. Les Ukrainiens ne veulent pas d'une fédération. La position russe est la suivante :« Regardez, le Canada a une fédération. Le Québec parle sa propre langue, c'est bon. » Mais les Ukrainiens savent que ce n'est que le début. Je veux dire, cela mènera à la dévolution. Ce qu'il faut faire, si vous êtes ukrainien, c'est essentiellement tendre la main au seul pays qui vous aidera, à savoir les États-Unis.

La semaine dernière, il y a dix jours, le général Hodges, commandant de l'armée américaine en Europe, s'est rendu en Ukraine. Il a annoncé que les formateurs américains allaient désormais venir officiellement, et non plus seulement officieusement. Il a même remis des médailles aux combattants ukrainiens, ce qui, selon le protocole militaire, n'est pas... les étrangers n'ont pas le droit d'épingler des médailles. Mais il l'a fait, montrant ainsi que c'était son armée. Il est ensuite parti et a annoncé que les États-Unis allaient prépositionner des blindés, de l'artillerie et d'autres équipements dans les pays baltes, en Pologne, en Roumanie et en Bulgarie, ce qui est un point très intéressant. Donc, les États-Unis, hier, ont annoncé qu'ils allaient envoyer des armes. Ce soir, bien sûr, ils l'ont nié, mais ils le font. Les armes vont venir.

Dans tout cela, les États-Unis ont agi en dehors du contexte de l'OTAN. Parce que l'OTAN doit avoir un vote à 100%, n'importe quel pays peut opposer son veto à n'importe quoi. Et les Turcs y mettront leur veto juste pour rigoler. Le fait est que les États-Unis sont prêts à créer un cordon sanitaire autour de la Russie. La Russie le sait. La Russie estime que les États-Unis ont l'intention de briser la Fédération de Russie. Je pense que, comme Peter Lowry l'a dit - nous ne voulons pas vous tuer, nous voulons juste vous blesser un peu - de toute façon, nous sommes de retour à l'ancien jeu. Et si vous allez demander à un Polonais, un Hongrois ou un Roumain, ils vivent dans un univers totalement différent de celui d'un Allemand, et ils vivent dans un univers totalement différent de celui d'un Espagnol. Il n'y a donc pas de point commun en Europe. Mais si j'étais Ukrainien, je ferais exactement ce qu'ils font, essayer d'attirer les Américains.

Nick Brand: Très bien. Question suivante, s'il vous plaît. Oui, juste en bas devant ici.

Auditoire: Merci, Dr. Friedman. Au cours des cent prochaines années, vous avez en quelque sorte correctement prédit la belligérance russe et c'était une sorte de destinée démographique. Vous sembliez, si je me souviens bien, moins impressionné par l'Europe occidentale, mais vous pensiez que la Pologne, la Turquie et le Japon pourraient être des pays à surveiller. Vous savez, cela fait à peu près dix ans que vous avez publié ce livre. Repensez-vous à certaines des prédictions ou des hypothèses que vous avez formulées dans ce document ?

George Friedman: Seulement, le délai que je prévoyais plus long se raccourcit. Comme je l'ai dit dans le livre, que la crise ukrainienne exploserait vers 2015. J'ai également dit que je m'attendais à ce que la Russie commence à se désintégrer vers 2020. Je leur ai peut-être donné trop de temps. Le cadre de la Russie est que le gouvernement central collecte l'argent et donne de l'argent aux oblasts et aux villes. Dans les circonstances actuelles, je ne sais pas combien d'argent ils peuvent donner. Nous sommes de retour à la position d'Eltsine. Ce qu'il faut retenir, c'est qu'à long terme, dans les trois ou quatre prochaines années, les Russes seront peut-être grillés, mais ils deviennent plus dangereux au fur et à mesure qu'ils sont plus pauvres et qu'ils se battent mieux.

Comme me l'a dit un Russe, on n'aurait pas pu prédire que nous pourrions battre la Wehrmacht vu l'état de notre économie. Mais nous l'avons fait. Vous, les Américains, pensez toujours à vous. Nous ne travaillons pas de cette façon. On peut s'en occuper. Je ne pense pas qu'ils puissent supporter toute la douleur qui leur arrive. Parce que je pense que les prix du pétrole vont perpétuellement aller vers... c'est une nouvelle normalité. Mais c'est une autre histoire. Cependant, en regardant les Russes, je ne pense pas qu'ils puissent survivre. Ainsi, nous avons déjà vu la Pologne jouer un rôle beaucoup plus important dans les affaires de l'Europe, être beaucoup plus décisive. La Turquie a certainement retenu sa force. Elle ne veut pas la relâcher en Syrie ou en Irak, mais c'est ce qu'elle fera en fin de compte. Et le Japon reste la principale puissance de l'Asie orientale, pas la Chine. L'armée japonaise est capable de dépasser l'armée britannique, elle dispose d'une excellente force aérienne, et elle n'a pas un milliard d'habitants vivant dans une pauvreté comparable à celle de la Bolivie. Je ne vois donc pas la nécessité de changer cela. Je suis un peu inquiet à propos du timing. C'est-à-dire qu'elle peut se produire plus rapidement. La chose dont je suis le plus fier, c'est d'avoir dit que les États-Unis seraient et resteraient la puissance dominante et qu'ils se remettraient le plus rapidement de l'effondrement qui s'annonçait clairement.

Nick Brand: Très bien. Question suivante, s'il vous plaît. Oui, juste au milieu ici, s'il vous plaît.

Auditoire: Essentiellement, l'Europe confie la défense aux États-Unis pendant 50 ans. Alors, qu'en est-il, quelles sont les implications pour l'avenir du pacifisme européen ?

George Friedman: La question du pacifisme européen, je pense qu'elle va être déterminée au sein des pays européens. C'est le stress dans les pays européens comme la Belgique, l'Italie, etc. Je ne vois pas de guerre internationale majeure éclater, sauf le long de la ligne de faille entre la Russie et la péninsule européenne. Mais ce qui me frappe, c'est le nombre de mouvements sécessionnistes qui sont apparus en Europe à ce stade. Et que rien n'est plus amer, comme le soulignait Aristote, qu'une guerre civile. Et c'est ce que je crains, c'est-à-dire que lorsque je vois les Catalans, les Castillans, je me souviens de ce à quoi ça ressemblait. Aucun endroit n'est vraiment pacifique pendant très longtemps. Je veux dire, ni les États-Unis. Nous avons des guerres constantes. L'Europe, je le soupçonne, ne reviendra pas aux 31 ans, mais elle reviendra à l'humanité. Ils auront leurs guerres, ils auront leur paix. Ils vivront leur vie. Il n'y aura pas 100 millions de morts. Mais l'idée de l'exceptionnalisme européen, je pense, est celle qui subit la première mort. Il y aura des conflits. Il y a eu un conflit en Yougoslavie, et il y a certainement un conflit maintenant en Ukraine. Quant à la relation avec les États-Unis: nous n'avons plus de relation avec l'Europe. Nous avons une relation avec la Roumanie. Nous avons une relation avec la France. Il n'y a pas d'Europe avec laquelle avoir une relation.

Nick Brand: Oui. Le gentleman au quatrième rang ici.

Auditoire: Excusez-moi. Au fait, je suis un abonné. L'extrémisme islamique est-il vraiment la principale menace pour les États-Unis ? Et va-t-elle mourir d'elle-même ou continuer à grandir ?

George Friedman: C'est un problème pour les États-Unis qui n'est pas une menace existentielle. Il faut s'en occuper, mais il faut le faire de manière proportionnée. Nous avons d'autres intérêts en matière de politique étrangère. Ainsi, l'intérêt primordial des États-Unis pour lequel nous avons mené des guerres pendant un siècle - la première, la deuxième, la guerre froide - a été la relation entre l'Allemagne et la Russie. Parce qu'unis, ils sont la seule force qui pourrait nous menacer et de s'assurer que cela n'arrive pas.

Je dis cela en tant que victime potentielle du terrorisme islamique. Cela arrivera. Même si nous consacrons tous nos efforts pour l'empêcher, nous échouerons. Par conséquent, si nous faisons ce que nous avons fait dans la décennie qui a suivi le 11 septembre, c'est-à-dire nous concentrer totalement sur cette question à l'exclusion de toute autre, de sorte que notre armée ne peut pas se battre à moins d'avoir du sable sous les pieds, elle n'y est tout simplement pas habituée, il existe des dangers bien plus importants pour les États-Unis. C'est très difficile à dire à un pays qui a été frappé par le 11 septembre : Prends-le dans la foulée. Et aucun gouvernement ne le peut.

Mais la discipline de la gouvernance, c'est que tout en rassurant les gens sur le fait que vous faites tout ce que vous pouvez, vous vous assurez que ce n'est pas le cas. Vous gagnez autant que vous le pouvez raisonnablement.

Et notre gouvernement... nous devons nous rappeler que les États-Unis sont comme un enfant de 15 ans. C'est maniaco-dépressif. Le matin, c'est amour, paix, amour et bonheur. La nuit, ils sont suicidaires parce que leur meilleur ami ne les aime plus. Nous sommes un empire très jeune. Nous ne voulons même pas penser à être un empire. Nous voulons rentrer chez nous et faire des rêves libertaires. Ça n'arrivera pas. Mais il nous faut beaucoup de temps pour devenir matures. George Bush n'avait aucune idée que sa présidence allait porter sur le 11 septembre et ne savait pas comment réagir. Et ses détracteurs non plus. Barack Obama a décidé qu'il pouvait tout souhaiter. S'il était gentil, ils n'essaieraient pas de les faire exploser. Nous devons trouver un modèle de gouvernance qui combine une république américaine avec ce qu'elle n'a jamais voulu être. Mais nous représentons presque un quart de l'économie mondiale. Nous allons énerver beaucoup de gens.

Nick Brand: Très bien, juste ici au premier rang, Phil Levy, notre associé principal sur l'économie mondiale.

Phil Levy: Merci pour vos remarques. Très intéressant. Pendant que nous parlions de la façon dont les États-Unis se comportent, j'espérais que vous pourriez aborder ce que devrait être la politique américaine face à la crise financière en Europe. Beaucoup de choses se passent derrière des portes closes, mais il semble que cela ait été un encouragement à la relance. Dans vos remarques, vous exprimez un certain scepticisme quant à ce que ferait le stimulus. Comme nous l'observons, c'est évidemment d'une grande importance pour les États-Unis. Quelle devrait être la politique américaine ?

George Friedman: La politique américaine devrait être de rester aussi loin que possible et éventuellement de faire passer une loi ordonnant à toutes les banques américaines de ne pas avoir de papier européen. On ne peut pas faire ça. Mais ce serait une bonne idée.

L'Europe est trop vaste pour que les États-Unis puissent y faire quoi que ce soit, et les Européens sont trop sophistiqués pour avoir besoin de conseils. Le problème de l'Europe n'est pas que c'est un pays du tiers monde et ils ne savent pas comment faire. Le problème est une contradiction profonde entre les intérêts des différentes parties de l'Europe qui a conduit à un blocage politique. Il est inconcevable que les États-Unis aient assez d'argent pour résoudre le problème s'ils le voulaient et insensé que les États-Unis l'envisagent même. En ce qui concerne les conseils politiques aux Européens, ne prenez pas de conseils politiques des États-Unis. Je ne prendrais pas de conseils politiques des États-Unis.

Le problème ici n'est pas que les gens n'ont pas de politiques. C'est qu'il s'agit d'une situation impossible qui ne peut être résolue dans le cadre du paradigme sur lequel travaillent les Européens. Ils changeront le paradigme quand tout s'écroulera. Mais ils n'ont pas la volonté politique de faire face à l'irrationalité de la situation. Et faire face au fait que l'Allemagne ne peut pas exporter 50 % de son PIB, du moins pas la moitié en Europe, puisque cela ne se produira pas. Et c'est une des raisons pour lesquelles je ne m'intéresse pas personnellement à la politique . La politique étrangère, on aimerait bien voir ce qui s'est passé. L'histoire est ce qui se passe. Et il est très rare que la politique étrangère croise les deux. Ce que j'essaie de comprendre, c'est ce qui va se passer. Si j'étais assez intelligent, je serais riche, je ne donnerais certainement pas de conseils aux Européens sur la façon de s'enrichir.

Nick Brand: Question suivante, s'il vous plaît. Oui. Tout au fond, là.

Auditoire: Étant donné les faiblesses que vous décrivez, à la fois en Europe, mais aussi en Asie du Sud et probablement en Asie de l'Est elle-même, est-il approprié ou même pratique pour nous de continuer à repousser les limites de l'empire américain, si vous voulez, au-delà des zones de ce type de problèmes internes ?

George Friedman: Les États-Unis ont un intérêt fondamental. Il contrôle tous les océans du monde. Aucune puissance n'a jamais fait ça. Grâce à cela, nous pouvons envahir les gens et ils ne peuvent pas nous envahir. C'est une très belle chose. Le maintien de la maîtrise des mers et de l'espace est le fondement de notre puissance. La meilleure façon de vaincre une flotte ennemie est de ne pas la laisser se construire. La façon dont les Britanniques ont réussi à faire en sorte qu'aucune puissance européenne ne puisse construire une flotte est de s'assurer que les Européens sont à la gorge les uns des autres. La politique que je recommande est celle que Ronald Reagan a adoptée à l'égard de l'Iran et de l'Irak. Il a financé les deux camps pour qu'ils se battent entre eux et pas contre nous. C'était cynique. Ce n'était certainement pas moral. Ça a marché.

Et c'est là le problème : Les États-Unis ne peuvent pas occuper l'Eurasie au moment où la première botte pose le pied à terre, le différentiel démographique est que nous sommes totalement dépassés en nombre. Nous pouvons vaincre une armée. Nous ne pouvons pas occuper l'Irak. L'idée que 130 000 hommes occuperaient un pays de 25 millions d'habitants. Eh bien, le rapport entre les flics et les citoyens à New York était supérieur à celui que nous avions déployé en Irak. Nous n'avons donc pas la capacité de traverser, mais nous avons la capacité de soutenir d'abord les différents pouvoirs en présence, afin qu'ils se concentrent sur eux-mêmes avec un soutien politique. Un certain soutien économique. Des conseillers en soutien militaire et, in extremis, faire ce que nous avons fait au Japon, au Vietnam, en Irak et en Afghanistan: des attaques pertubatrices. L'attaque pertubatrice n'a pas pour but de vaincre l'ennemi. C'est pour le déséquilibrer. Ce que nous avons fait dans chacune de ces guerres en Afghanistan, par exemple, c'est que nous avons déséquilibré Al-Qaïda.

Le problème que nous avons depuis que nous sommes jeunes et stupides, c'est qu'après les avoir déséquilibrés, au lieu de dire, ok, travail bien fait, rentrons à la maison. Nous avons dit :« C'était facile. Pourquoi ne pas construire une démocratie ici ? » C'est à ce moment-là qu'ils sont entrés en démence. La réponse, par conséquent, est que les États-Unis ne peuvent pas intervenir constamment dans toute l'Eurasie. Il doit intervenir de manière sélective. Et très rarement, c'est le moment extrême. Nous ne pouvons pas, dans un premier temps, envoyer des troupes américaines.

Et lorsque nous envoyons des troupes américaines, nous devons comprendre clairement quelle est la mission, nous y limiter et ne pas développer toutes sortes de fantasmes psychotiques. Alors j'espère que nous avons appris que cette fois. Il faut du temps pour que les enfants apprennent des leçons. Mais je pense que vous avez tout à fait raison. Nous ne pouvons pas le faire en tant qu'empire. La Grande-Bretagne n'a pas occupé l'Inde. Elle a pris divers États indiens et les a montés les uns contre les autres et a fourni quelques officiers britanniques pour une armée indienne. Les Romains n'ont pas envoyé de vastes armées là-bas. Il a placé des rois comme, vous savez, plusieurs rois sont créés sous l'empereur. Et ces rois étaient responsables du maintien de la paix. Ponce Pilate en est un exemple. Ainsi, les empires qui sont directement gouvernés par l'empire, comme l'empire nazi, ont échoué. Personne n'a autant de pouvoir. Il faut avoir un certain niveau d'intelligence. Cependant, notre problème n'est pas encore cela, c'est d'admettre que nous avons un empire. Donc, nous ne sommes pas encore arrivés à ce point où nous ne pensons pas que nous pouvons rentrer à la maison et que ce sera fini. Et donc, nous ne sommes même pas prêts pour le chapitre 3 du livre.

Nick Brand: Question suivante, s'il vous plaît. Oui, le gentleman juste ici au quatrième rang.

Auditoire: Je déduis donc de vos commentaires que l'euro en tant que monnaie ne survivra pas. À quoi cela ressemblera-t-il et à quelle vitesse cela se produira-t-il ?

George Friedman: Le modèle a été établi par les Hongrois. Les Hongrois ne sont pas dans l'euro, mais ils avaient des prêts hypothécaires libellés en yens, en francs suisses et tout le reste. Lorsque le forint s'est effondré, le gouvernement hongrois a défendu ses propriétaires et leur a dit : « Nous vous rembourserons en pieds. Et vous obtiendrez 0,60 $ sur un dollar » – c'est plus compliqué, mais c'est en gros cela – « ou vous n'obtiendrez rien. Appelez-moi demain matin. Faites-moi savoir ce que vous voulez. » La banque européenne s'est tue et a pris ce qu'elle pouvait obtenir. C'est ce que les Grecs vont faire. Ils feront une offre qu'ils ne pourront pas refuser. N'oubliez pas que l'Allemagne est terrifiée à l'idée que quiconque puisse quitter la zone de libre-échange. C'est une terreur de l'Allemagne. Il n'y a pas de meilleur bluffeur que Merkel. Elle nous fait peur, à moi et aux autres. Mais la vérité est qu'elle a la main faible. Parce que c'est elle qui dépend des exportations. Et les autres ne sont pas sûrs de vouloir rester dans ce jeu. Si elle pousse un pays hors de l'euro, qu'est-ce qui les empêche de le pousser hors de la zone commerciale ? Et elle le sait, c'est pourquoi elle va toujours jusqu'au bord et revient ensuite. Et les Grecs le savent, c'est pourquoi ils vont la pousser contre le mur.

Sa faiblesse devient apparente chez tous les Européens. Alors comment cela se passe-t-il ? Les Grecs ne vont pas imprimer des drachmes dont la valeur nette sera Dieu sait quoi. Et ils feront une offre et l'offre sera : vous prenez ceci - ce sera un allégement structuré de la dette - ou nous ne vous paierons pas du tout. N'oubliez pas que le débiteur doit beaucoup d'argent. Quel est le vieux dicton : « Si je dois 100 dollars, tu m'as eu. Si je vous dois 1 000 000 000 $, je vous tiens. »

Que vont faire ces banques ? Et le problème en Europe est que si vous les poussez hors de la zone euro, vous obtenez encore moins que s'ils y restent. Je pense que l'euro survivra, mais je pense aussi que quelque part en Europe, il y a un bâtiment qui abrite les bureaux de la Société des Nations, qui n'a jamais été tout à fait abolie. Je suis sûr qu'il fonctionne toujours. En Europe, les institutions se maintiennent après avoir cessé de fonctionner. L'Allemagne n'aura pas de marque. Il y aura un euro. Combien d'autres pays seront présents ? Je ne sais pas. Mais la porte de sortie a été ouverte par les Hongrois. Et la prochaine étape est le retour de la drachme. Et la vraie question est : que vont faire les banques ? Que peuvent-ils faire ? Ils ne peuvent pas parler de risque moral parce qu'ils l'ont déjà fait sauter en Argentine. Je veux dire, ils savent déjà que toute l'Europe sait que faire faillite, que l'on soit l'Argentine ou American Airlines, ne signifie pas la fin du monde. Et les Allemands ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour qu'il soit plus intéressant de renflouer que de ne pas le faire. Maintenant, qu'ils le fassent dans le cadre de l'euro ou d'une autre monnaie est moins intéressant. Alors ils vont se tromper. Et la question est de savoir à quel point elle est gérée.

Nick Brand: Nous avons le temps pour une dernière question. Nous avons reçu beaucoup de questions d'hommes ce soir. Y a-t-il des femmes dans la question qui voudraient... Oui, le consul général de Croatie.

Auditoire: Je pense qu'en tant qu'étudiant en histoire, rappelez-vous que nous avons vécu en union personnelle pendant environ 700 ans, et les gens parlent de la Yougoslavie et ils ne parlent jamais de la Croatie et de la Hongrie qui ont passé sept siècles ensemble. Désolé, c'était une discrétion. Est-il dans l'intérêt des États-Unis de se passer de la Russie comme puissance européenne ?

George Friedman: Est-ce que je pourrais... Je ne t'ai pas entendu, je crois.

Auditoire: Est-il dans l'intérêt des États-Unis de se passer de la Russie en tant que puissance européenne ?

George Friedman: Avec la Russie comme puissance européenne ?

Auditoire: Oui. Je suis juste curieuse, comment envisagez-vous l'architecture une fois qu'elle aura implosé ? Que va-t-il se passer ? C'est un scénario effrayant. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

George Friedman: Rappelez-vous la structure de l'Europe, de Saint-Pétersbourg à Rostov vous tracez une ligne . À l'ouest de celle-ci se trouve la péninsule européenne. A l'est se trouve la Russie. Personne n'a jamais occupé la Russie de manière permanente, mais la Russie s'est toujours déplacée vers l'ouest. Maintenant, c'est juste le point le plus à l'est. Cette ligne correspond d'ailleurs à peu près à la frontière entre les pays baltes, le Belarus et l'Ukraine. La question qui se pose aux Russes est la suivante : conserveront-ils une zone tampon au moins neutre ou l'Occident pénétrera-t-il aussi loin en Ukraine ? Qu'ils sont à 70 miles de Stalingrad et à 300 miles de Moscou. Pour la Russie, le statut de l'Ukraine est une menace existentielle. Et les Russes ne peuvent pas lâcher prise. Pour les États-Unis, dans le cas où la Russie s'accroche à l'Ukraine, où s'arrêtera-t-elle ?

Ce n'est donc pas un hasard si le général Hodges, qui a été désigné pour être tenu responsable de tout cela, parle de prépositionner des troupes en Roumanie, en Bulgarie, en Pologne et dans les pays baltes. C'est l'Intermarium, de la mer Noire à la Baltique, dont rêvait Pilsudski. C'est la solution pour les États-Unis. La question à laquelle nous n'avons pas de réponse est : que fera l'Allemagne ? Ainsi, la véritable carte sauvage en Europe est que, tandis que les États-Unis établissent ce cordon sanitaire, non pas en Ukraine, mais à l'Ouest, et que les Russes essaient de trouver un moyen de faire pression sur les Ukrainiens, nous ne connaissons pas la position de l'Allemagne. L'Allemagne se trouve dans une position très particulière. Son ancien chancelier, Gerhard Schroeder, siège au conseil d'administration de Gazprom. Ils ont une relation très complexe avec les Russes.

Les Allemands eux-mêmes ne savent pas quoi faire. Ils doivent exporter. Les Russes peuvent reprendre l'exportation. D'un autre côté, s'ils perdent la zone de libre-échange, ils doivent construire quelque chose de différent. Pour les États-Unis, la crainte primordiale est le capital russe. La technologie russe. Je veux dire, la technologie allemande et le capital allemand, les ressources naturelles russes, la main-d'œuvre russe. Comme la seule combinaison qui, pendant des siècles, a fait peur aux États-Unis.

Alors comment cela se passe-t-il ? Eh bien, les États-Unis ont déjà mis leurs cartes sur la table. C'est la ligne qui va des Baltiques à la mer Noire. Pour les Russes, leurs cartes ont toujours été sur la table. Ils doivent avoir au moins une Ukraine neutre, pas une Ukraine pro-occidentale. La Biélorussie est une autre question. Maintenant, celui qui peut me dire ce que les Allemands vont faire va me parler des 20 prochaines années d'histoire.

Mais malheureusement, les Allemands ne se sont pas décidés. Et c'est le problème de l'Allemagne, toujours, énormément puissante économiquement, géopolitiquement très fragile. Et ne jamais savoir comment concilier les deux. Depuis 1871, c'est la question allemande. La question claire de l'Europe. Alors pour répondre à mon fidèle collègue de 700 ans d'empire, où la Hongrie et la Croatie ont été réunies - je ne pensais pas que vous appréciiez tant que ça : Réfléchissez à la question allemande, parce que maintenant elle revient sur le tapis. C'est la prochaine question que nous devons aborder. Et nous ne savons pas comment l'aborder. Nous ne savons pas ce qu'ils vont faire.

Nick Brand: Et malheureusement, c'est tout ce que nous avons le temps de faire ce soir. Merci beaucoup, George Friedman. Il signera des exemplaires de son livre à l'arrière de la salle. Merci également au Chicago Club pour avoir co-parrainé cette soirée. Bonne nuit.